Umbrella Academy, Netflix (saison 3)

Umbrella Academy, Netflix (saison 3)

Publié le

Dix nouveaux épisodes pour Umbrella Academy et sans grande surprise, c’est léger, c’est fun, on ne s’ennuie pas une seule seconde et on en redemande. La série de Netflix m’avait déjà séduit pour ses deux premières saisons à la fois très conventionnelles sur le fond pour l’amateur de science-fiction que je suis et originales par la forme, avec un sens aiguisé de l’auto-dérision qui lui permet d’éviter de se prendre trop au sérieux. À la fin de la deuxième saison, la bande avait réussi à sauver la planète d’une deuxième apocalypse dans les années 1960 et revenait au présent… mais un présent altéré par leur voyage dans le temps. Dans cette autre version de la réalité, l’Umbrella Academy n’existe pas, c’est la Sparrow Academy que Reginald a créé, avec d’autres super-héros tous nés ce même jour de 1989. Voilà le point de départ, pour cette troisième saison qui joue encore une fois la carte de l’apocalypse à éviter. Mais cette fois, c’est différent, puisque c’est l’univers tout entier qu’il faut sauver ! Et surtout, Steve Blackman a suffisamment d’idées nouvelles pour ne pas nous ennuyer et c’est réussi.

Plus que jamais, la fratrie se déchire et explose face à cette autre fratrie, et c’est le moteur de cette saison. Umbrella Academy renforce la psychologie de tous ses personnages avec succès, accordant à tous un moment de gloire. Diego, par exemple, se révèle dans la paternité, tandis que Luther découvre l’amour pour la première fois de sa vie, « Five » n’est plus aussi sûr de lui quand l’univers se délite dans sa totalité ou encore Klaus réalise quel est son vrai pouvoir. Le plus gros changement dans cette saison, c’est évidemment le personnage de Vanya qui devient Viktor, tout comme son interprète qui avait commencé la série sous le nom d’Ellen Page et qui est désormais Elliot Page. Ce changement pour l’acteur n’est pas passé à la trappe dans cette saison et au contraire, Umbrella Academy fait le choix judicieux de l’incarner également dans la fiction. Ce n’est pas pour autant le sujet central des dix épisodes, ce n’est même pas un sujet à vrai dire : la transition du personnage se fait dans les premiers épisodes, personne ne le remet en cause, tout le monde l’accepté et passe à autre chose. C’est traité avec tout le doigté nécessaire, c’est évident sans créer un problème : c’est exactement ce qu’il fallait faire.

Autour de ces personnages toujours aussi bariolés, l’histoire imaginée par les auteurs de la bande-dessinée adaptée par la série Netflix est toujours aussi folle, cette fois à base de faille dans l’espace-temps cachée dans la suite d’un hôtel. Tout s’accélère sur la fin, avec un gros twist final qui pourrait ouvrir sur de nouvelles saisons… ou offrir à Umbrella Academy une belle fin. Je sais que les auteurs de l’œuvre originale ont prévu une multitude de tomes supplémentaires et qu’il y aurait largement de quoi faire dans cet univers barré. Mais si la série s’arrêtait là, ce ne serait pas un désastre, tant ces trente épisodes ont été plaisants à regarder.

Informations

Titre original :The Umbrella Academy

Année : 2019

  • Nationalité :
  • États-Unis
  • Genres :
  • Action & Adventure
  • Science-Fiction & Fantastique
  • Drame