Space Force, Netflix

Space Force, Netflix

Publié le

Une sitcom créée par Greg Daniels1 et Steve Carrell ? Non, ce n’est pas la suite de The Office, même si on retrouve bien quelques éléments clés de la « recette ». Space Force se déroule majoritairement dans un bureau, tous les personnages principaux sont des collègues et l’humour se construit sur leurs relations dans ce lieu de travail. Sur le papier, cela ressemble à une énième variante, avec un lieu de travail différent. Sur l’écran, il y a un petit peu de cela, inutile de le nier, mais la série portée par Netflix parvient à trouver sa propre voie.

Tout n’est pas parfait dans Space Force et les coupes budgétaires imposées par le service de streaming n’aident pas la deuxième saison, raccourcie, plus refermée encore sur ce lieu de travail et moins originale pour cette raison. Cela dit, il y a de bonnes idées, avec cette bataille spatiale qui amène la série vers la science-fiction pure et dure, ou encore l’utilisation constante d’une bande-originale qui pastiche John Williams. Quelque part entre Star Wars et The Office, on obtient un mélange étonnant et Steve Carrell, qui s’est créé un rôle sur mesure on s’en doute, parvient même à nous surprendre dans une gamme que l’on connaît pourtant par cœur. Enfin, la satire politique est bien amenée et même si Space Force reste bien loin de Veep, la référence du genre, c’est l’occasion ici de quelques vannes amusantes.

Difficile de dire si Space Force a un avenir. Déjà, parce que Netflix n’hésite jamais à couper ses créations dès qu’elles ne suffisent plus à remplir ses objectifs. Ensuite, parce que Greg Daniels et Steve Carrell n’ont peut-être pas beaucoup plus à extraire de cet univers et de ces personnages. La série est drôle et plaisante, mais elle n’a pas la profondeur de ses illustres modèles.


  1. Qui, outre la version américaine de The Office, a aussi créé la géniale Parks and Recreation, dans le même genre, mais en mieux. ↩︎