Le Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir, Amazon

Le Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir, Amazon

Publié le

Amazon a cassé la tirelire pour s’offrir les droits sur l’univers imaginé par Tolkien et les huit épisodes qui composent la première saison de Le Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir (ce titre…) permettent de juger si les centaines de millions de dollars déjà dépensés l’ont été à bon escient. Premier constat, on retrouve bien cet argent à l’écran. Le géant de la vente en ligne n’a pas lésiné sur les moyens, avec un tournage en Nouvelle-Zélande, dans les mêmes décors popularisés par Peter Jackson et qui sont devenus associés pour jamais à ce monde. Même si je trouverais à redire sur les fonds numériques notamment utilisés pour les villes, je ne vais pas faire la fine bouche : il y a pléthore de décors qui servent de fond à un grand casting doublé d’une immense foule de figurants. Visuellement, on retrouve bien l’esprit des longs-métrages et c’est une belle réussite en soi.

Malheureusement, tout cet argent n’a pas été dépensé côté écriture, ou alors il l’a mal été. Le Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir se déroule plusieurs milliers d’années avant Le Seigneur des anneaux, pendant le Second Âge imaginé par Tolkien, pile au moment où les fameux anneaux sont forgés, dont l’unique de Sauron qui est au cœur de la trilogie principale. Une excellente idée, car cette période est essentielle dans la mythologie inventée par le romancier britannique, mais en même temps assez méconnue, sauf pour les plus grands fans qui ont épluché tous les écrits qui accompagnent les quatre principaux romans. C’est une période charnière, juste avant la grande bataille qui oppose les humains, les elfes et les nains face aux orcs et autres créatures maléfiques, cette bataille mythique qui a marqué les esprits dans les premières minutes de La Communauté de l’anneau. Comment est-ce que Sauron a réussi à duper les autres créatures de la Terre du Milieu ? C’est toute la question en effet et la première saison… n’y répond pas encore. Alors qu’elle s’étale sur plus de huit heures tout de même, elle se contente d’une longue et lente introduction, avec de multiples intrigues secondaires trop caricaturales et grossièrement écrites pour intéresser et les informations intéressantes sont saupoudrées sporadiquement, juste assez pour donner envie d’aller au bout, pas assez pour éviter l’ennui.

Je n’ai rien contre les intrigues secondaires et le format de la série impliquait un traitement plus lent que dans un long-métrage. Néanmoins, Le Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir est très mal écrite, avec des dialogues en grand nombre qui sonnent creux, des personnages transparents et des profils psychologiques caricaturaux. Les acteurs font ce qu’ils peuvent, ils ne parviennent pas à rendre leurs personnages plus intéressants pour autant. Morfydd Clark, par exemple, dans le rôle de la mythique Galadriel ne laisse aucune impression durable et son jeu est aussi monolithique que son personnage. Ce n’est probablement pas tant de sa faute, que celle des scénaristes qui ont trop de personnages à gérer en parallèle et qui échouent à reproduire ce que Game of Thrones avait si brillamment créé. On se désintéresse vite de tous ces personnages et ce ne sont pas les tentatives grossières d’entretenir le mystère sur leur identité1 ou leur survie2 qui vient aider. Je ne vais pas dresser la liste de tous les problèmes qui se posent et ce n’est clairement pas la couleur de peau des acteurs qui me viendrait en tête3. Ni le choix bienvenu de laisser plus de place aux femmes, d’ailleurs. En revanche, avait-on réellement besoin de tant d’histoires d’amour sans crédibilité — strictement hétérosexuelle au passage, voilà une diversité manifestement hors d’atteinte — et fallait-il multiplier les actes de bravoure un peu ridicules ? J’aurais préféré que l’on se concentre davantage sur la grande histoire, quitte à faire plus court.

Étant fan de l’univers imaginé par Tolkien, Le Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir ne me laisse pas indifférent pour autant. J’ai apprécié de suivre les premiers pas de Gandalf, de découvrir la mythique île de Númenor, de comprendre comment les anneaux sont créés ou encore de voir comment Sauron parvient à installer son royaume. Mais heureusement que j’avais cette envie préalable, car cette première saison était franchement pénible à regarder par moments. J’espère que la deuxième saison en cours de réalisation va corriger le tir, mais Amazon a décidé de rapatrier le tournage au Royaume-Uni, une manière de limiter les coûts qui me laisse assez peu d’espoir. Malgré tout, Seigneur des Anneaux oblige, je serai au rendez-vous pour la suite…


  1. Attention spoiler, mais : il est évident que Gandalf est Gandalf dès la première apparition et l’idée qu’il puisse être Sauron est ridicule. Et le spectateur un poil attentif comprendra rapidement qui est Sauron, d’ailleurs, en tout cas bien plus vite que tous les autres personnages qui l’entourent… ↩︎

  2. Alerte divulgâchage bien sûr, mais : la saison se termine en voulant nous faire croire qu’Isildur est mort. Le même qui a un rôle central dans la bataille contre Sauron, si bien que tous ceux qui connaissent la suite savent bien que ça n’est pas le cas. En parlant de morts, la série n’a pas appris l’une des plus grandes leçons de Game of Thrones : il faut laisser mourir les personnages et non pas chercher tous les prétextes pour les sauver. ↩︎

  3. Le casting est en effet nettement plus diversifié que chez Peter Jackson, ou même que chez Tolkien. Ce qui n’a pas manqué d’indigner beaucoup de monde et même si je peux entendre l’argument que cela crée une différence trop nette avec Le Seigneur des Anneaux version cinéma (et encore, il y a des milliers d’années entre les deux, tout peut être justifié, surtout dans l’heroïc-fantasy), je trouve que la série a très bien géré son choix, précisément en ne le mentionnant jamais. Son univers ne reproduit pas notre réalité, car il n’est pas raciste et la couleur de peau n’est jamais posée comme un problème. ↩︎

Informations

Titre original : The Lord of the Rings: The Rings of Power

Année : 2022

  • Nationalité :
  • États-Unis
  • Genres :
  • Science-Fiction & Fantastique
  • Action & Adventure
  • Drame