Ozark, Netflix (saison 4)

Ozark, Netflix (saison 4)

Publié le

Ozark trouve une conclusion avec une quatrième et ultime série qui s’étale un petit peu plus en comptant 14 épisodes, de quoi offrir à la famille Byrde une conclusion digne de ce nom. La création de Netflix avait démarré de manière assez laborieuse, mais rapidement trouvé son rythme par la suite, si bien que j’étais curieux de savoir ce que les scénaristes allaient nous réserver. Il faut dire qu’ils avaient fait très fort sur le dernier épisode de la troisième saison, avec la mort de l’avocate du cartel devant les yeux ébahis de Wendy et Marty, une manière de forcer le renouvellement des personnages.

De fait, cette dernière saison est riche en nouveaux arrivants, tandis que le fil rouge imaginé par Bill Dubuque et Mark Williams se concentre sur la volonté des Byrde et principalement de Wendy d’ailleurs, de sortir du blanchiment d’argent pour le compte du cartel et d’entrer dans la vraie politique. Ces nouveaux personnages ne remettent pas en cause les fondamentaux toutefois et Ozark conserve son ambiance à l’identique d’un bout à l’autre. Ce qui est une bonne idée en passant, la série de Netflix parvient à sortir du lot avec une photographie froide et une mise en scène soignées. Sans atteindre le niveau d’un Better Call Saul à laquelle j’ai pensé de temps en temps, la réalisation est excellente, avec régulièrement des séquences qui sont des tours de force. Le casting est toujours bon, même si quelques personnages tirent parfois trop vers la caricature, en particulier Laura Linney dans cette drôle de séquence avec son père. Autre bizarrerie qui n’est pas si gênante, les enfants sont censés être quasiment aussi jeunes que dans la première saison, mais les acteurs ont bien grandi et Skylar Gaertner a bien du mal à passer pour un collégien de 14 ou 15 ans dans cette saison. Ces petits défauts n’empêchent pas l’ensemble d’être de grande tenue et ces quatorze épisodes forment une montée en puissance dans l’enfer des Ozark particulièrement convaincante, même si la série se termine au bon moment.

Tous les personnages principaux trouvent une conclusion plus ou moins heureuse, les arcs narratifs sont tous refermés et même si Ozark se referme avec une fin ouverte en apparence, elle a probablement trouvé sa conclusion logique. Même dans cette saison, les nouveautés provoquées par le final de la précédente n’ont pas apporté beaucoup d’innovations et sans tomber dans la redite, la création de Netflix ne surprenait plus trop. Le service de streaming a offert à la série une belle fin et Ozark est dans l’ensemble une belle réussite