Landscapers, HBO

Landscapers, HBO

Publié le

Landscapers se rajoute à l’interminable liste des true-crime stories, ces histoires vraies de tueurs. Mais la mini série créée par Ed Sinclair pour HBO et SkyAtlantic se distingue toutefois par le format. D’une part, elle est courte, avec quatre épisodes de moins de cinquante minutes. D’autre part, elle fait le pari assez étonnant d’une mise en scène baroque, où s’entremêlent tous les genres du cinéma classique et où le quatrième mur est régulièrement brisé. Le résultat surprend et rend même l’ensemble quelque peu confus, mais ce n’est pas grave. Portée par un duo d’acteurs exceptionnels, aidée par son format court, la série parvient à séduire par son ton décalé et ses partis-pris radicaux. Une curiosité que je recommande à tous ceux qui n’ont pas peur des expériences bizarres.

Je ne connaissais pas l’histoire des Edwards, un couple charmant, fan de cinéma qui vivait tranquillement en France jusqu’au jour où Christopher avoue avoir enterré ses beaux-parents dans leur maison, 15 ans auparavant. La question de leur culpabilité est centrale, puisque le couple maintient toujours son innocence et affirme que leur version de la réalité n’est pas un mensonge. À savoir que Patricia aurait tué son mari William, avant de provoquer sa fille Susan jusqu’au point où elle lui tire dessus. Landscapers rappelle au début de chaque épisode qu’ils clament leur innocence, mais n’essaient pas de le prouver. Il faut dire que les faits sont têtus et il y a de multiples indices qui prouvent que leur histoire ne tient pas la route. Mais au fond, ce n’est pas réellement ce qui intéresse Ed Sinclair. Il préfère passer du temps avec ses deux personnages principaux, qui forment un couple fusionnel lié par un amour absolu, mais qui vit aussi dans l’illusion constante des films du passé. D’où cette brillante idée de filmer des séquences à la manière de ces films : en noir et blanc comme dans une comédie romantique des années 1950, en Cinémascope façon western des années 1960, ou alors avec le teint verdâtre d’un film d’horreur. On passe constamment d’un style à l’autre et aussi d’une époque à l’autre, avec des flashbacks où les acteurs ne changent pas et sont à peine maquillés, mais où le thème visuel est différent.

L’ensemble est bariolé et parfois un peu confus, c’est vrai. Mais Landscapers tient la route, principalement grâce au talent de David Thewlis, impeccable dans le rôle de Christopher, et surtout d’Olivia Colman. L’actrice n’a plus besoin de prouver son savoir-faire, elle est exceptionnelle pour incarner Susan, entre fragilité et force, toujours motivée par l’amour aveugle qu’elle porte autant à son mari qu’aux films qu’elle regarde avec des yeux écarquillés. Avoir réussi à rendre ce couple avec autant d’humanité est vraiment le plus gros succès de cette série originale.

Informations

Année : 2021

  • Nationalité :
  • États-Unis
  • Genres :
  • Comédie
  • Crime
  • Drame