Kleo, Netflix

Kleo, Netflix

Publié le

Kleo, c’est en quelque sorte Killing Eve, façon Allemagne de l’Est. Cette nouvelle série allemande pour Netflix débute au cœur d’un Berlin déchiré par le mur de la Guerre froide, mais elle se déroule principalement en 1990, après la chute et juste avant la réunification. Une période charnière, qui aurait pu servir de cadre à un récit historique fort intéressant… sauf que ce n’est pas du tout l’ambition des créateurs de cette série. Kleo commence avec un panneau qui prévient qu’elle est basée sur une histoire vraie, mais que tout est faux et c’est un bon résumé de son état d’esprit. Les huit premiers épisodes qui composent la saison sont dans l’ensemble correctement placés dans l’espace et le temps, avec quelques personnages historiques ici ou là, mais ils n’ont jamais peur de s’éloigner d’une reconstitution réaliste et osent même s’affranchir de toute vraisemblance. C’est fun et assez léger, une vraie réussite !

Comme Killing Eve, Kleo repose en grande partie sur son actrice principale. À mi-chemin entre Elisabeth Moss et Florence Pugh, Jella Haase est excellente dans le rôle titre, elle instille le grain de folie que son personnage demandait, tout en étant parfaitement convaincante pour incarner une espionne de la Stasi. L’intrigue est presque secondaire, elle est néanmoins suffisamment soignée pour maintenir la tension sans discontinuer sur toute la saison. Et comme l’esprit général n’est pas sérieux, je trouve que les rebondissements un peu gros passent très bien. Après tout, on n’est pas ici dans un grand récit d’espionnage, on ne s’attend pas à une intrigue parfaitement ficelée et d’une complexité sans nom. Même si l’ensemble peut ainsi être un petit peu prévisible, je ne me suis jamais ennuyé et j’ai bien aimé cette intrigue pleine de drames et de (fausses) surprises. Mention spéciale à l’une des méchantes qui doit composer avec un handicap assez inattendu dans le monde de l’espionnage et qui fournit l’un de ces rebondissements prévisibles, mais qui restent malgré tout une bonne source de divertissement.

Carton plein pour ce délicieux délire d’espionnage germanique. Kleo est une série fort sympathique qui a le bon goût de ne pas se prendre trop au sérieux et qui est en outre délicieuse à regarder, avec des couleurs bien vives qui seront un bon test pour un écran OLED. Netflix l’a renouvelée pour une deuxième saison et je serai au rendez-vous pour la découvrir.