Les Gardiens de la Galaxie : Volume 3, James Gunn

Les Gardiens de la Galaxie : Volume 3, James Gunn

Publié le

Quand Les Gardiens de la Galaxie est sorti il y a près de dix ans de cela — aïe le coup de vieux —, j’ai été agréablement surpris par ce qui n’était pas un énième film de super-héros répétant une formule vue et revue. Le deuxième volume était moins original et m’a laissé un souvenir nettement plus mitigé, si bien que je n’étais pas particulièrement pressé de voir la suite. C’est d’autant moins le cas que l’univers cinématographique de Marvel est définitivement entré dans une phase de n’importe quoi toujours plus grand et, pour être honnête, toujours moins intéressant. Cela dit, la présence de James Gunn à l’écriture et la réalisation pouvait laisser l’espoir d’un troisième volume dans le même esprit et peut-être moins alourdi par l’immensité de l’univers poussé par Disney. De fait, Les Gardiens de la Galaxie : Volume 3 se concentre sur ses héros en leur offrant une fin étonnamment touchante, une pause rafraîchissante dans le MCU.

Puisque ce volume appartient à la saga complète1, il inscrit son récit dans la lignée des précédents volets et notamment de tout l’arc des Avengers contre Thanos. Cela dit, cet historique est rapidement oublié par James Gunn, qui préfère se concentrer sur les personnages qu’il a introduit au public en 2014. Seule la relation entre Star Lord et Gamora, cassée par l’apparition d’une autre variante depuis le multivers, rappelle que l’on est bien dans l’univers de Marvel. Pour le reste, l’intrigue se construit autour de Rocket, blessé dans les premières minutes et qui force les Gardiens à partir en quête de son créateur pour sauver le raton-laveur parlant. S’il y a bien quelques intrigues secondaires pour tenir la distance, j’ai apprécié ce scénario plutôt concentré et qui ne s’éparpille pas avec des développements qui n’ont rien à voir. C’est comme si Les Gardiens de la Galaxie : Volume 3 faisait tout pour maintenir le MCU à l’écart et rester sur un scénario plus simple. Enfin, simple n’est peut-être pas le mot, tant James Gunn multiplie les idées originales et parfois folles. Le bestiaire est particulièrement impressionnant, avec des créatures qui semblent sorties d’un film d’horreur et qui apportent une touche indéniablement plus mature que dans le reste de Marvel. La station spatiale composée de chaire est aussi spectaculaire dans un autre genre et j’ai été agréablement surpris par la profondeur de l’idée, travaillée dans les moindres détails.

Tout n’est pas parfait pour autant et Les Gardiens de la Galaxie : Volume 3 est loin d’être aussi satisfaisant que le premier volet. Le chien parlant introduit dans un épisode spécial de Noël2 est un ajout assez faiblard, tout comme le successeur de Yondu est lui aussi globalement sans intérêt. Le délire sur les créatures créées par le grand méchant va peut-être un petit peu trop loin et je crois que le film aurait été plus fort avec des animaux moins modifiés, à l’image de Rocket. Pour autant, James Gunn offre à tous ses personnages une conclusion logique et étonnamment belle, avec une cohésion de groupe que l’on n’avait jamais vu dans l’univers cinématographique de Marvel. C’est la fin des gardiens tels qu’on les a connus depuis le début et je dois dire que je ne m’attendais pas à un final aussi touchant. Un constat un petit peu gâché part la formation d’un nouveau groupe de gardiens et la promesse d’un retour de Star Lord dans un autre film, mais enfin, Disney reste Disney, je suppose.


  1. Ce long-métrage est le 32e du MCU, s’il y en a encore qui comptent. ↩︎

  2. Suivre le MCU va devenir un boulot à temps complet décidément. Sachez-le, Les Gardiens de la Galaxie : Joyeuses Fêtes est un court-métrage de 45 minutes (c’est court dans le MCU…) sorti pour Noël 2022 sur Disney+. Je l’ignorais et j’ai été ainsi un petit peu perturbé par ses ajouts de dernière minute, même si ce n’est pas si important en réalité pour comprendre ce qui se passe. ↩︎

Informations

Titre original : Guardians of the Galaxy Vol. 3

Année : 2023

  • Nationalité :
  • États-Unis
  • Genres :
  • Science-Fiction
  • Aventure
  • Action

Durée : 2h29