Fire Island, Andrew Ahn

Fire Island, Andrew Ahn

Publié le

Fire Island commence sur une citation de Jane Austen, un clin d’œil à la célèbre romancière dont le non moins célèbre Orgueil et Préjugés a servi ici encore d’inspiration. Sauf que l’intrigue se déroule en 2022 sur Fire Island, une petite île au sud de Long Island sur la côte est américaine qui est notamment connue pour héberger une communauté LGBTQ+ et cela tombe bien, car les héros de cette variante sont tous gays. Un groupe de jeunes homosexuels qui se rend tous les étés pour une semaine de débauche sur l’île et qui, comédie romantique oblige, vont découvrir l’amour : ‌le décor est posé.

Ce qui m’a le plus surpris en découvrant Fire Island sur Disney+, c’est le ton très ouvert et même presque cru. Il faut préciser que le long-métrage réalisé par Andrew Ann est diffusé sous la bannière « adulte » Star et qu’il est destiné dans son pays d’origine à Hulu. Ne boudons pas notre plaisir toutefois : il est rare de voir une comédie grand public évoquer des thématiques gays aussi ouvertement. Sans aller jusqu’au sexe pur, il ne faudrait pas exagérer et on ne dépasse jamais le torse nu et éventuellement un bref aperçu d’une paire de fesses en arrière-plan, je ne pensais pas que le scénario se construirait autant autour du plaisir physique et en ferait le sujet principal. Contrairement à Jane Austen, il n’est pas question ici de se marier, c’est même l’inverse, les personnages rejettent tous la monogamie, jugée hétérosexuelle. Ce qui n’empêche ni le romantisme, ni le grand amour, le réalisateur reste dans la voie tracée par la comédie romantique et le scénario n’essaie jamais de surprendre, jusqu’à la fin entièrement prévisible.

La représentativité queer est encore trop souvent problématique et Fire Island n’évite pas tous les écueils en la matière, hélas. Néanmoins, le projet été lancé par des hommes gays et asiatiques, les deux personnages principaux sont joués par deux hommes gays et asiatiques qui ont puisé dans leur expérience personnelle et cela se voit. Même si j’aurais apprécié un petit peu plus de diversité corporelle, il faut saluer l’effort fait pour diminuer la caricature du gay blanc et baraqué. La bande d’amis joue la carte de la diversité raciale et surtout, le scénario pointe du doigt le racisme et la grossophobie ambiante dans la communauté LBGTQ+. Une bonne idée, mais qui peine à se retrouver à l’écran, même si on pourrait noter que cette communauté de Fire Island concentre probablement un profil unique. Malgré tout, je note et apprécie l’effort de sortir du moule unique.

Informations

Année : 2022

  • Nationalité :
  • États-Unis
  • Genres :
  • Comédie
  • Romance